Revue de presse #13 – janvier 2020, 1ère quinzaine

Première revue de presse de cette nouvelle année 2020, et le choix est difficile. J’ai présélectionné pas loin de 30 articles et je ne veux pas en avoir plus de 10 au final. Sinon ce sera beaucoup trop long et vous ne viendrez plus me lire, n’est-ce pas ? ou sinon ce n’est plus vraiment une sélection. Bref.

Inspiration.

20 tendances déco pour 2020 —tout le monde y va de son petit carnet des tendances, mais j’ai trouvé cette sélection par le Déconome particulièrement bien faite et plus précise que beaucoup d’autres.

La puissance de l’orange — sur les Homes Jolies, Camille nous suggère de faire rentrer la couleur orange dans la maison. Par petites touches, pour égayer un peu des teintes plus neutres, je suis bien d’accord.

Des nouveautés chez Søstrene Grene —sur Joli Pace, petit coup de pub pour le marchand Danois. À force de regarder ces photos je vais finir par mettre du rotin chez moi. J’aime beaucoup cette ambiance un peu hygge.

Dans le même esprit de passer l’hiver bien au chaud, je ne peux pas m’empêcher de partager 2 articles en plus (aïe, je vais dépasser ma limite !), parce que pour être cosy il faut bien un bon plaid et Elle Déco nous en propose justement une petite sélection, et maison-blog nous livre quelques conseils pour créer cette ambiance hygge.

Déjà vu.

Verrière blanche pour la cuisine : les plus beaux modèles —Ctendance donne des idées de verrières qui change du noir que l’on a trop vu. Et il y avait longtemps que je n’avais pas réévoqué ce sujet, non ?

Extensive Corten Steel Structure Brings Outdoor Spaces to Old Spanish Country House — pour une fois, je vous mets un site anglophone, c’est surtout un prétexte pour vous rappeler ce que c’est que le Corten.

Pratique.

Qu’est-ce que le Consuel ? Est-ce obligatoire pour l’installation électrique d’un particulier ? — la question est technique, mais vu qu’on envisage de refaire toute notre électricité il fallait bien se la poser, et je dois bien garder la réponse sous la main. Pour faire vite : il semble bien que le contrôle de conformité de l’installation électrique soit obligatoire après rénovation.

Avec Pickawood, dessinez vous-mêmes vos meubles sur-mesure — alors je sais pas s’il y a beaucoup de marques comme ça, mais ça peut servir. Ce marchand propose un assez large choix de meubles, dont vous pouvez adapter la taille et la teinte à vos besoins et à vos goûts.

Réparer plutôt que jeter : lutter contre l’obsolescence programmée — quelques conseils du magazine Système D pour nous aider à garder nos équipements un peu plus longtemps : avec des adresses de réparateurs, par exemple.

La cabane chic d’IVY Paysagiste — Une nouvelle boutique à visiter, à Paris, pour ce qui est plantes et jardin. Elle a l’air toute jolie.

Cet article vous a plus ? Likez, pinnez, et dites-moi en commentaire ce qui vous a le plus intéressé, si vous préféreriez un autre format, si c’est trop long, quelle fréquence de publication, etc.
Crédits photos : toutes les photos de l’article sont issues des liens cités.

Visite de Miliboo

Je suis passée devant la boutique Miliboo près de Madeleine récemment. Comme je ne connaissais pas cette marque, une visite s’imposait. J’ai donc profité d’une pause déjeuner pour en faire le tour. J’en ai même profité pour recevoir un coup de fil (qui s’est prolongé plus que prévu !), ce pour quoi un vendeur m’a gentiment suggéré un coin un peu à l’écart — avec un canapé connecté :D.

Miliboo ?

Miliboo propose des « Meubles design et du mobilier pas cher », tendant plutôt vers le contemporain. Effectivement, j’ai trouvé les prix plutôt abordables. En ce moment, ils proposent une collection en partenariat avec Stéphane Plaza.

Le style scandinave semble dominer un peu partout dans le magasin. Autant j’apprécie toujours les tables et les canapés, autant je dois dire que je ne suis pas une grande fan des chaises. J’ai l’impression de les avoir trop vues, peut-être.

J’ai testé quelques fauteuils de bureau, mais il faudrait pouvoir y passer quelques heures pour plus de réalisme. Après plus de trois quarts d’heure dans le canapé « smart sofa », j’ai conclu qu’il n’était pas si mal — alors que ma première impression n’était pas la meilleur. Parfois, un coussin bien ajusté arrange tout !

Globalement j’ai trouvé les canapés très confortables, et certains particulièrement jolis. La plupart se déclinent en différentes versions. Voici donc ma petite sélection.

Canapés

1 Canapé Oslo. C’est à la fois la structure bois et la couleur vert kaki qui m’ont attirée vers ce canapé. Il est un peu plus mou que ce que j’aime, mais je le trouve très confortable. Seul bémol : la structure qui n’est pas déhoussable a priori.

Canapé Oslo, 3 places, 558,99€ (avec -14%)

2 Canapé Kyo. J’apprécie une fois encore la structure bois, mais cette fois avec des coussins séparés. Il est donc complètement déhoussable, ce qui facilite le lavage (et éventuellement le choix de la couleur blanche !). C’est un canapé très moelleux mais pas trop profond (en tout cas avec les coussins), on arrive à en ressortir !

Canapé Kyo, 3 places, 869,99€

3 Canapé Yoko. J’ai beaucoup la structure bois qui soutient les coussins. À première vue je craignais que les accoudoirs soient trop bas mais cela ne m’a pas gêné une fois assise. Je l’ai trouvé confortable. Le modèle en magasin est un 2 places.

Canapé Yoko, 2 places, 599,99€

4 Canapé Aspen. Un canapé cuir au toucher doux, marron clair, confortable. Je n’aime pas trop l’esthétique des pieds, mais ils ont l’air pratique.

Canapé Aspen, 3 places, 1199,99€

5 Canapé Club. Une assise ferme mais confortable, le cuir au look si classique a un tarif tellement abordable qu’on se pose des questions sur la qualité du cuir… de vachette

Canapé Club, 3 places, 773,99€ (avec -10%)

Une idée pour le bureau

J’ai l’intention de me faire faire un bureau sur mesure, alors je prends les idées quand je les vois. Voici une technique toute simple pour cacher les inévitables cables et les faire passer sous le bureau : une trappe. Elle est si bien intégrée qu’elle est pratiquement invisible une fois refermée (première photo).

Je regrette que la mode soit au micro-bureau. J’ai l’intention de m’installer un bureau double, aussi vaste que l’espace me le permet.

Conclusion

Je retiens l’idée de la structure bois pour le canapé. Je l’avais déjà vue ailleurs, et elle me convainc de plus en plus. Avec des coussins, en version 100% déhoussable, c’est vraiment top. J’aime bien aussi les cuirs… argh le choix sera difficile. Heureusement que ce n’est pas pour tout de suite !

Le dico des matières #3

Pour aujourd’hui, voici deux matériaux qui nous font rentrer dans le monde du luxe. Je n’en aurai probablement pas l’utilité, mais pour ma culture, j’ai voulu me renseigner un peu. Vous y trouverez peut-être aussi quelque intérêt ?

Un composite : le Corian®

J’ai vu ce nom pour la première fois dans un article de Houzz, concernant les plans de travail de cuisine. Le Corian® (ou simplement Corian®) est en fait la marque d’un matériau composé à 1/3 de résines acryliques et 2/3 de charges minérales (initialement du carbonate de calcium, puis de la gibbsite, dont le composé chimique est Al(OH)3 ou trihydrate d’alumine ; on l’extrait maintenant de la bauxite, oui oui). Bref, ce matériau a été inventé en 1967 par DuPont de Nemours, qui commercialise encore aujourd’hui le produit, avec un grand succès.

Utilisation : très utilisé pour les plans de travail en cuisine ou en salle de bains, il sert aussi pour fabriquer des meubles, éviers, baignoires, et même des revêtements de surface pour des bâtiments. En panneau ou moulé, c’est un produit très multifonction.

Propriétés : Résistant à la plupart des chocs et entailles, durable, non poreux donc facile à nettoyer ; les taches sont souvent récupérables ; il résiste à de hautes températures mais « il est préférable de le protéger de la chaleur directe » (source), évitez certains produits chimiques (qui ne devraient pas être dans votre cuisine…) ; pas trop dangereux en cas de feu… ; attention aux rayures, d’après certains sites (peut-être récupérable par ponçage mais, à voir…)

Valeur : haut de gamme ; de 100 à 200€/m² selon Houzz, je vois le plan de travail blanc, le moins cher à 315€/m² sur ce site, soit plus cher que certains marbres :-).

Style : moderne, mais selon les variantes et les utilisations il doit pouvoir s’adapter à tous les styles.

Un verre : la fritte

Voilà un matériau très ancien, puisque c’est en parcourant les antiquités du Louvre que j’ai découvert son existence. Selon wikipédia, la fritte est un des constituant d’un émail, fait de verre pilé. Je ne suis pas sûre d’avoir tout bien compris, mais l’article en anglais, plus détaillé, semble indiquer le même principe : on fait cuire des silices en verre, et on les utilise réduits en morceaux pour pigmenter une composition céramique. En fait, il y a débat sur ce que c’est exactement. Bref, c’est antique, mais est-ce qu’on le trouve encore aujourd’hui ?

Utilisation : Petits objets, statues, vases, colliers… semble-t-il utilisé même au XXème siècle pour des broches (voir images).

Propriétés : Celles de la faïence ;-). Souvent couleur bleue.

Valeur : plutôt cher. Sur le marché des antiquités, on trouve la statuette à un peu plus de 100€, et des objets allant jusqu’à plusieurs centaines d’euros.

Style : antique, style tendance en ce moment ! Si vous avez les moyens ça peut être l’occasion de se lancer. Prêts ?

Nope #4 : invasion de plantes

J’ai l’impression qu’il y a un thème récurrent dans mes « nopes » : l’abus. Après l’abus du bois, l’abus de la peinture, et l’abus d’objet sur les murs, aujourd’hui j’annonce que je ne veux pas non plus abuser des plantes vertes. Ceux qui me connaissent seront peut-être étonnés : j’aime beaucoup les plantes, et j’ai tendance à en mettre un peu partout.

Oui mais voilà, en navigant sur Pinterest je me rends compte qu’il y a quand même quelques limites.

La maison transformée en serre ?

Test : ces photos ont-elles été prises dans une maison ou une jardinerie ?

Bon pour être honnête je ne peux rien affirmer, ce sont des photos prises sur Pinterest… mais la plupart du temps il y a suffisamment d’indices pour confirmer que c’est dans une pièce de la maison : un bureau, une bibliothèque, un salon, un chambre, une salle de bains… Ah pour ça, la nature est entrée dans la maison.

Mais en dehors de l’aspect esthétique (je ne suis pas trop fan de l’urban jungle), je vois quelques inconvénients pratiques : augmentation de l’humidité de l’air, augmentation des risques d’allergies (selon les plantes choisies), des moucherons et autres petites bêtes qui vont sans nul doute s’inviter avec les plantes. Plus il y a de plantes, plus cela demande du temps d’entretien, et si elles ne sont pas bien entretenues, la plante tombe malade, on la traite avec des produits chimiques qui peuvent être toxiques, etc.

Bref, quant au nombre, restons raisonnable ;-).

Et la fenêtre ?

Autre chose qui m’a frappée, cette manie de mettre les plantes devant la fenêtre, de telle façon qu’on ne puisse plus l’ouvrir.

C’est peut-être moins un problème avec le système d’ouverture à l’anglaise (vers l’extérieur), et encore… quoiqu’il en soit, question d’assainir l’air intérieur, l’ADEME est formelle : il vaut mieux ouvrir les fenêtres et aérer que multiplier les plantes.

Donc je ne bloque pas l’ouverture des fenêtres avec mes plantes.

Bonus : attention danger !

Vous voyez un risque ?

Rien à dire, c’est très joli la plante qui descend le long de l’étagère. Charmant. Évitez juste de l’accrocher en passant. Je connais une petite fille d’environ 3 ans qui s’est pris un peau de fleur sur la tête avec une de ces plantes… Plus de peur que de mal au final, mais un passage aux urgences quand même. Et c’est dommage de se retrouver avec 3 ou 4 points de suture au beau milieu du front, non ?

Revue de presse #12 – décembre 2019, 2ème quinzaine

La sélection n’était pas facile en cette fin d’année, et j’ai gardé 9 articles en dépassant (un peu) le cadre de la décoration d’intérieur.

Inspiration.

Ce château français a été sauvé de la ruine grâce à la générosité des internautes ! – C’est pas vraiment de la déco, mais en terme d’investissement immobilier voilà une idée originale, qui me plaît ;-). Avant de me lancer, je vérifierai quand même 2-3 trucs mais logiquement tous les actionnaires devraient pouvoir profiter des éventuels bénéfices. Au-delà du coup de cœur, c’est peut-être un bon investissement.

Idées déco avec fauteuils et poufs pour petit coin lecture chaleureux – Peter de the Blog Deco me rappelle que j’aime m’enfoncer dans un fauteuil pour lire et rêvasser ;-).

L’univers chaleureux et équitable de Mushkane – Juliana de Giacomi nous fait découvrir des créations toutes douces sur son blog découvrir design. Mushkane nous fait profiter de l’artisanat népalais, avec le travail de matières comme le feutre ou le cachemire. Joli et cosy comme on aime, et il y en a pour toutes les bourses.

Mettez votre déco de Noël au bouleau – Joli place me donne quelques idées pour faire de jolis objets avec le bouleau que nous allons devoir abattre dans notre jardin. Pas forcément pour Noël.

Déjà vu.

Tendance : Des papiers-peints trompe-l’oeil plus vrais que nature ! – Béatrice du blog Madame décore nous redonne quelques idées de papier peints XXL, sponsorisée par Castorama (pourquoi pas ?).

Pratique.

Comparatif : 8 récupérateurs d’eau de pluie de 300 à 550 litres – Système D nous dit tout sur les récupérateurs d’eau de pluie, bien pratique !

15 Sites de Brocante en Ligne pour Trouver des Pièces Uniques & Vintage – par Homelisty. Je n’aime pas trop les listes, surtout les longues, mais celle-ci est vraiment utile.

Bien choisir la porte d’entrée de sa maison – Céline de Frenchy Fancy nous donne quelques conseils pratiques. Elle conseille la porte blindée, mais je me demande si un simple porte avec un label sécurité n’est pas aussi intéressante. À voir.

Bonne résolution 2020 : surveiller les ventes déco de Showroomprivé ! – Clem Around the Corner nous fait un peu sa pub mais c’est une excellente idée. Pensez à vérifier les prix ailleurs et acheter seulement ce qui est nécessaire ;-).

Cet article vous a plus ? Likez, pinnez, et dites-moi en commentaire ce qui vous a le plus intéressé, si vous préféreriez un autre format, si c’est trop long, quelle fréquence de publication, etc.
Crédits photos : toutes les photos de l’article sont issues des liens cités.

Décrypter un devis fenêtres

L’autre jour, au supermarché, j’étais étourdie par la multitude de choix pour acheter un article banal et consommable, un paquet d’essuie-tout. Alors quand il s’agit de changer toutes ses fenêtres, opération que je ne compte pas renouveler avant au moins 30 ans, je prends mon temps pour analyser les différents paramètres.

On parle souvent du choix entre PVC, aluminium, bois ou composite, mais ici je voudrais rentrer dans les détails des performances énergétiques de la fenêtre, plus ou moins détaillées sur les devis mais importantes pour les comparer entre eux.

Image : fenêtres Solabaie

Le lexique

Avant même de commencer à faire des devis, il s’agit de se familiariser un peu avec le vocabulaire du métier. Vous connaissez peut-être déjà les systèmes oscillo-battants, mais sauriez-vous dire que c’est la combinaison d’une ouverture à la française et d’une ouverture à soufflet ? Savez-vous distinguer une allège d’une imposte ? Si vous voulez des parties fixes dans une grande fenêtre, vous éblouirez votre interlocuteur en utilisant les termes adéquats.

Le site fenetre123.fr donne un petit vocabulaire illustré d’un dessin de fenêtre annoté. Vous trouverez un lexique très complet, illustré pour la plupart des mots, sur le site d’Armen. Les notices d’installation Lapeyre commencent de même par introduire un minimum de vocabulaire. Bien pratique ! Je vous en donne un petit aperçu en images, mais cliquez sur les liens pour en savoir plus.

Lexique de la fenêtre selon fenêtre123.fr
Allège vitrée — le lexique d’Armen

Les coefficients

Je résume ici des informations glanées ici et .

Le principal coefficient est le coefficient de performance thermique Uw (w=window), en W/m²K, inverse de la résistance thermique : plus il est faible, plus la résistance est grande, donc mieux c’est. Le coefficient total pour la fenêtre dépend du coefficient du cadre Uf (f=frame) et de la partie vitrée Ug (g=glass). Un coefficient ≤ 1,2 est excellent et correspond à celui d’une maison passive. On recommande généralement des coefficients Uw entre 1,2 et 1,5.

source

Un deuxième coefficient important est le facteur solaire Sw, qui définit la capacité de la fanêtre à transmettre la chaleur du soleil. Plus il est grand, plus la fenêtre laisse entrer l’énergie solaire. Il a tendance à diminuer avec Uw, et il s’agit donc de trouver un bon compromis entre ces deux facteurs.

Pour vous donner un ordre de grandeur, en 2019, vos fenêtres étaient éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique si elles respectaient les conditions suivantes :

Uw ≤ 1,3 W/m².K et Sw ≥ 0,3
ou
Uw ≤ 1,7 W/m².K et Sw ≥ 0,36

Autrement dit, si vous avez Uw ≤ 1,3 et Sw ≥ 0,36, c’est déjà confort.

Le facteur de trasmission lumineuse, ou coefficient TLw, est d’autant plus grand que la fenêtre laisse passer la lumière du soleil. Il me semble important mais n’apparaît pas sur les devis que j’ai eu en main.

Pour les volets, vous avez également un coefficient de résistance thermique R —les volets apportent une couche d’isolation supplémentaire par rapport à la fenêtre. Pour indication, l’éligibilité au CITE requiert R > 0,22 m².K/W, autant dire que la résistance des volets est bien moindre que celle des fenêtres, puisque qu’un Uw = 1,3 correspond à une résistance Rw = 0.77 !

La performance phonique est exprimée en décibels (dB) et indique la réduction du bruit : gagner 3dB divise le bruit transmis par 2. Le coefficient Rw s’applique à toute la fenêtre. Certains marchands précisent le coefficient RAtr, qui correspond à la réduction des basses fréquences (plus pertinent concernant le bruit du traffic routier, par exemple).

Le coefficient AEV correspond à la norme du même nom et évalue la résistance de la fenêtre à l’air (A*), à l’eau (E*) et au vent (V*). Le coefficient A* varie entre 1 et 4 (la plus étanche à l’air), E* varie entre 1A et 9A ou 1B et 7B (A pour toute la fenêtre, B pour la partie basse testée seulement), et V* varie de A à C (C=moins déformable) et de 1 à 5 (plus résistant).

Différentes valeurs sont préconisées selon votre zone d’habitation et la hauteur de votre bâtiment. Ainsi, pour une maison de hauteur < 9m en région parisienne (en zone urbaine, donc), le CSTB recommande un coefficient AEV au moins égal à A*2 E*4 V*A2. Si je lis A*3/E*7B/V*C2 sur mon devis, c’est donc au-dessus de ce minimum.

Certifications et labels

Le plus connu est certainement le label RGE-qualibat, label requis pour pouvoir demander les différentes aides d’état. Notez qu’il être plus économique de faire changer ses fenêtres par un artisan non certifié si les aides sont faibles.

La norme CEKAL et la norme Acotherm garantissent la qualité thermique et acoustique des vitrages et des menuiseries. Chacune a son classement, c’est un peu compliqué, mais cela sert surtout à confirmer les informations données par les autres coefficients.

Les types de vitrages

On remplace ses fenêtres quand c’est du simple vitrage, et en général on installe du double vitrage. Le triple assurerait un gain thermique certainement, mais au prix d’une perte de luminosité qui réduit son intérêt (en gros, on peut l’envisager sur une façade nord mais c’est à peu près tout).

Le PVC, généralement blanc (source).

Les commerciaux nous vendent donc des fenêtres sur la base des différentes combinaisons d’épaisseurs de vitre, d’espace intérieur, du gaz isolant, etc. Ils vantent aussi le nombre de chambres et la composition du cadre (dormant et ouvrant).

On voit du 4/16/4, du 4/20/4, du 8/16/4… Avoir une vitre extérieure plus épaisse assure une meilleure isolation phonique, utile si vous êtes dans un environnement bruyant. Sinon… il faut regarder les coefficients. L’intercalaire Warm Edge est souvent proposé en option et permet en général de gagner 0.1 Uw, ça vaut sûrement le coup.

Collection Référence — catalogue Armen
Prefal Premio plus — catalogue Prefal

Les mentions à vérifier

source

La liste des éléments obligatoires varie un peu selon les sources, mais globalement vous devez trouver :

  • la date du devis et la durée de validité de l’offre,
  • le nom, la raison sociale et l’adresse de l’entreprise, son numéro de téléphone et son adresse électronique,
  • le statut et la forme juridique de l’entreprise,
  • le numéro SIRET,
  • le numéro d’identification à la TVA,
  • le nom et adresse du chantier,
  • la date de début et la durée estimée des travaux,
  • le détail de chaque prestation, avec quantité et prix unitaire —vérifiez les mesures et les quantités,
  • le prix horaire ou forfaitaire de main d’œuvre,
  • les éventuels frais de déplacement,
  • les conditions de paiement, de livraison et d’exécution du contrat,par exemple le montant de l’accompte à l’acceptation du devis,
  • les conditions et procédures de réclamation et les garanties, par exemple les pénalités en cas de retard.
  • la somme globale à payer HT et TTC, en précisant les taux de TVA applicables.

Autant dire que cette liste devrait vous à sélectionner des artisans sérieux. Plus le devis est précis et complet, plus vous pourrez avoir confiance que les travaux seront bien réalisés.

Attention à bien comparer des tarifs HT ou TTC entre eux, sur le détail par fenêtre le devis peut utiliser l’un ou l’autre.

Enfin, pour estimer si le prix est raisonnable, vous pouvez calculer le prix au m². Selon Que Choisir, 300€ HT/m² est raisonnable pour une fenêtre PVC « de base ». Evidemment il faudra compter plus si vous ajoutez des options : oscillo-battants, allèges, sécurité, etc.

Notez que cet article est susceptible d’évoluer si je trouve de nouvelles informations que je juge importantes. Si vous avez des commentaires ou que vous appréciez, merci de réagir ci-dessous !

[Noël] Comment utiliser moins de papier cadeau ?

Ce n’est pas un sujet sur lequel je pensais écrire initialement mais l’idée de cet article m’est venue de Twitter, cumulé à d’autres lectures. Un tweet proposait de réduire sa consommation de papier avec truc tout simple. On a tous pensé à réutiliser le papier, mais ces derniers temps j’ai vu passer quelques autres idées, alors je me suis dit que ce serait bien d’écrire à ce sujet.

1 – Optimiser le pliage

Pour commencer, on peut donc réduire sa consommation en utilisant le papier dans sa diagonale, comme le suggérait le fameux tweet :

Le tweet qui a tout commencé, malheureusement l’intégration marche moyen mais si vous ne la voyez pas vous aurez la vidéo en cliquant sur le lien.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver cette idée dans une vidéo qui va un peu plus loin. Attention, vous pouvez passer des heures sur YouTube à regarder des gens emballer des cadeaux !!! Ci-dessous, donc, vous optimiserez l’emballage pour différentes formes régulières.

Pour les formes irrégulières, on peut fabriquer une petite pochette très facilement, en suivant cet article ou cette vidéo :

Plus généralement, si vous aimez le DIY, je suppose que faire les emballages cadeaux n’est pas un problème, et en plus il y a des foules d’idées sur internet.

2 – Utiliser du tissu

Je suis tombée sur un article je ne sais où il y a quelques temps qui m’a fait découvrir le furoshiki. Pour reprendre la définition de Wikipédia : « Le furoshiki (風呂敷) est une technique japonaise traditionnelle de pliage et de nouage du tissu utilisée pour l’emballage de cadeaux et le transport de divers objets du quotidien comme des vêtements, le bentō, etc. »

Quoi, kesako? Eh oui, voilà un truc tout simple pour avoir un emballage récupérable, joli et original. Il suffit de trouver un bout de tissu. Alors oui, c’est certainement plus cher que du papier cadeau. Mais en fait, c’est un cadeau supplémentaire, donc faut pas compter pareil ;-).

Fini la galère des emballages. Plier du tissu c’est bien plus simple : si on se trompe on recommence, ça ne s’abîme pas. Si vous voulez en acheter, il y a cette boutique au drôle de nom, Et puis Colette.

Je récupère autant que possible le papier cadeau pour le réutiliser à d’autres fin, mais j’ai bien envie d’essayer cette technique. Quand l’occasion se présentera, parce que, ma technique encore plus simple pour éviter les emballages, c’est de…

3 – Ne pas faire de cadeaux inutiles 😉

On est toujours poussé à la surconsommation, et Noël est devenu la fête des cadeaux. Mais pour moi, Noël, c’est avant tout la célébration de la venue de Jésus sur la terre. Alors les cadeaux, c’est vraiment secondaire. Pour les enfants, c’est bien, c’est l’occasion pour eux d’avoir de nouveaux jouets (et de débarrasser les anciens). Mais pour nous, les adultes… on peut dépasser l’aspect purement matérialiste non ? par exemple avec un bon repas autour d’une table joliment décorée, c’est très bien. Et se souvenir que ce n’est pas ça l’essentiel…

En fait, d’une façon générale, je préfère faire des cadeaux à mes proches quand l’occasion se présente. Si je sais qu’il y a un besoin particulier, ou qu’il faut montrer qu’on pense à quelqu’un, alors je trouve un truc approprié dans un magasin, et c’est un cadeau qui sert à quelque chose. D’ailleurs souvent je ne l’emballe pas particulièrement.

Mais quand j’entends les gens se plaindre qu’il faut faire des cadeaux parce que… je me dis qu’il y a quelque chose qui n’est pas à sa place dans notre société ;-).

Cet article est inclassable actuellement mais n’hésitez pas à liker/commenter si ça vous intéresse, j’aurai peut-être d’autres sujet du même genre.