Encore de l’isolation

Finir l’isolation est la prioritĂ© n°1 : non seulement cela nous permettra de nous chauffer de maniĂšre efficace, mais cela permettra de commencer Ă  amĂ©nager mon bureau pour que je puisse Ă  nouveau profiter de la maison pour tĂ©lĂ©travailler. Et on peut dire que ça avance !

Dans la chambre

AprĂšs les deux couches d’isolant, il restait Ă  poser le frein vapeur et les fourrures pour fixer les placoplĂątres.

Petite opĂ©ration prĂ©alable : boucher tous les interstices restant avec des chutes d’isolant. On ne veut pas laisser le moindre passage Ă  l’air ! Alors qu’on essayait au dĂ©part de faire les dĂ©coupes proprement Ă  la scie, on se rend compte que pour le rebouchage, dĂ©chirer les chutes Ă  la main est beaucoup plus efficace !

Il faut aussi poser un peu plus d’isolant pour aller jusque dans la salle de bains. Pour que ça passe bien, il faut raboter un bout de la cloison sous le toit. Pour chaque suspente, on prĂ©pare le trou dans l’isolant en le perçant au bon endroit avec un tournevis, et en mettant du scotch de peintre pour limiter les dĂ©chirures.

Pour poser le frein-vapeur, c’est bien pratique d’ĂȘtre Ă  deux : pour tendre le film, le dĂ©couper Ă  la bonne taille, le tenir en hauteur etc. Le frein est fixĂ© grĂące Ă  des embouts spĂ©ciaux qui viennent s’accrocher sur les suspentes, et qui serviront aussi Ă  tenir les fourrures. À chaque jonction, il faut Ă©galement poser un scotch pour assurer l’Ă©tanchĂ©itĂ©.

Une fois le frein-vapeur posĂ©, on peut poser les fourrures qui s’accrochent facilement sur les fameux embouts des suspentes, d’un vigoureux coup de poing, ou d’un coup de maillet. LĂ  encore, ĂȘtre Ă  deux est bien pratique, puisqu’on peut plus facilement maintenir les fourrures de 3 mĂštres en place et se passer le maillet pour les fixer. En moins d’une demi-heure, les 10 fourrures sont posĂ©es dans la piĂšce !

Dans la salle de bain

La sortie de la ventilation ayant Ă©tĂ© posĂ©e, ainsi que la premiĂšre couche d’isolant, il restait la deuxiĂšme couche. Un peu de dĂ©coupe supplĂ©mentaire fut nĂ©cessaire pour passer autour du tuyau d’aĂ©ration. Pour les autres panneaux, c’est toujours la mĂȘme routine : mesurer la taille et dĂ©couper le panneau Ă  la bonne dimension, Ă  la scie ; mesurer la position des suspentes et prĂ©parer les trous, au tournevis et au scotch ; poser les panneaux. Pendant que Philippe pose un panneau, j’aiguise la scie qui s’use trĂšs rapidement. Je monte aussi de l’isolant depuis la salle Ă  manger : ce n’est pas bien lourd, mais c’est assez volumineux et pas trĂšs pratique Ă  transporter !

On termine la salle de bains alors que le jour dĂ©cline, je balade la lampe de chantier avec moi puisque nous n’avons plus d’Ă©lectricitĂ© dans ces piĂšces. Une bonne journĂ©e de travail se termine (c’Ă©tait le 1er octobre).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.