La fin du seringat

Ce n’est pas la premiĂšre fois que je l’Ă©voque… il y avait ce seringat Ă  l’entrĂ©e de la maison, qui ne donnait plus Ă©normĂ©ment de fleurs mais qui Ă©tait tout de mĂȘme assez joli au printemps. J’ai retrouvĂ© quelques photos sur lesquelles on peut voir ses fleurs blanches, surtout sur les jeunes branches en hauteur.

Le seringat et la girouette

L’hiver venu, les feuilles tombĂ©es, il avait malheureusement beaucoup moins d’arguments en sa faveur : Ă©tant trop proche de la maison pour s’Ă©panouir de façon Ă©quilibrĂ©e, il avait poussĂ© dans tous les sens et n’avait pas trĂšs fiĂšre allure. Il semblait donc inutile de le dĂ©placer. J’espĂšre qu’il renaĂźtra de ses boutures, dont 3 semblent trĂšs prometteuses (en espĂ©rant que ce soient bien des seringats !).

La girouette Ă©tait toujours fichĂ©e dans un de ses troncs, qui avait poussĂ© autour du E de l’Est. Je ne me souvenais pas qu’il Ă©tait cassĂ© quand je l’avais sorti du feuillage de lierre, mais depuis la tige du E s’Ă©tait aussi cassĂ©e… peut-ĂȘtre un des effets des grands vents de l’autre jour ?

J’ai commencĂ© par couper les branches les plus fines au sĂ©cateur. Je garde encore 2 petites branches que je plante dans une jardiniĂšre — on ne sait jamais, je prĂ©fĂšre avoir encore des boutures ! J’ai ensuite coupĂ© l’essentiel des grosses branches avec une petite scie. Enfin, j’ai commencĂ© Ă  creuser pour dĂ©gager les souches. TrĂšs vite, en voulant retirer la girouette, j’ai compris qu’il n’y avait pas qu’une tige de mĂ©tal fichĂ©e en terre… ma pelle butait contre quelque chose ! Je l’ai dĂ©terrĂ©e, et c’est ainsi que j’ai dĂ©couvert que cette girouette n’avait jamais Ă©tĂ© sur le toit. C’Ă©tait juste une dĂ©coration de jardin. Elle est cassĂ©e Ă  au moins 2 endroits, et le E est difficilement rĂ©cupĂ©rable, donc je ne pense pas la garder. Je devrais ?

Philippe est arrivĂ© et c’est finalement lui qui a fait le gros du travail. Avec la pioche, et la hache, il a tranchĂ© les racines vigoureusement et arrachĂ© les souches, du seringat et du lierre, heureusement pas trop profondes. Le lierre s’Ă©tait gentiment faufilĂ© derriĂšre la descente des eaux du toit, puis avait grossi autour… quelques coups de hache l’ont achevĂ©.

J’ai toujours un peu mal pour les escargots de Bourgogne qui vivaient lĂ … mais entre la vie de 3 escargots et la rĂ©novation de la maison, le choix est vite fait quand mĂȘme 😆.

Un peu de terrassement

Une fois les vĂ©gĂ©taux dĂ©gagĂ©s, il reste un tas de terre informe. Pour faciliter le ravalement, et Ă©viter que la terre retombe sans cesse dans la petite Ă©vacuation adjacente, je suggĂšre de retirer la terre jusqu’au niveau de la dalle. Philippe attrape la grande pelle et se met Ă  creuser. On dĂ©terre encore quelques tiges de mĂ©tal (une ancienne barriĂšre ?), et une rangĂ©e de pierres qui faisait certainement office de bordure Ă  une Ă©poque. Bref, on fait de l’archĂ©ologie 😅. On pourrait presque imaginer le jardin Ă  l’Ă©poque : un buddleia en pot, une petite girouette posĂ©e derriĂšre, un seringat Ă  cĂŽtĂ©… et certainement d’autres pots et jardiniĂšres que j’avais retirĂ©es avant.

On dĂ©couvre Ă©galement que la dalle de bĂ©ton qui recouvre une partie de la cour s’Ă©tend un peu plus que ce qu’on pouvait voir avant. On gratte la terre… et on entasse tout cĂŽtĂ© portail. Je ne parle plus de tous les morceaux de plastique qu’on retire de la terre… mais en fait il y en a de moins en moins j’ai l’impression !

Si on compte la qualitĂ© de la terre au nombre de vers de terre par pelletĂ©e, je n’ai pas fait de statistiques prĂ©cises mais il y en a… beaucoup !

Puis Philippe remet en place un parpaing qui traĂźnait lĂ , et quelques briques, pour protĂ©ger l’Ă©vacuation. Il est presque 17h, il faut ranger pour pouvoir rentrer avant le couvre-feu !

Pour le coup cette transformation mérite une petite photo avant/aprÚs non ?

On a aussi prĂ©parĂ© une checklist de tout ce qu’il y a Ă  faire avant de commencer les gros travaux. Sans compter la paperasse… il y aura de quoi en raconter encore đŸ€Ș.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. JoĂ«l RACINE dit :

    Commentaires captivants. Merci pour ce partage Anne Marie !

    Joël

    J'aime

    1. Amy dit :

      Merci pour ton commentaire đŸ€—

      J'aime

  2. Claire dit :

    Tu vas pouvoir faire un mini potager, avec une terre bonne comme ça. Ou un Ă©levage d’escargots ??
    Beau travail toute cette rénovation en tout cas.

    J'aime

    1. Amy dit :

      Salut Claire !
      Haha, alors je ne mange pas d’escargots donc ce sera plutĂŽt le mini-potager. Je ne doute pas que les escargots seront de la partie, mais pas en protagonistes.
      Et merci pour le commentaire !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.