Bienvenue dans le jardin

Vous l’avez peut-ĂȘtre vu un peu dans les photos, mais nous avons eu ce privilĂšge de trouver une maison avec un jardin ! Dans notre ville, ce n’Ă©tait pas gagnĂ© d’avance, mais alors pas du tout. Bref. Qui dit jardin dit quand mĂȘme entretien. Vu qu’on prĂ©voit des travaux, on ne va pas se mettre Ă  planter tout de suite, mais… si on ne veut pas ĂȘtre envahi par une profusion de vigne vierge, lierre, orties et autres mauvaises herbes, il faut quand mĂȘme faire du nettoyage.

En quelques photos, je vais essayer de vous montrer un peu l’Ă©volution des diffĂ©rentes zones depuis nos premiĂšres visites. J’ai dessinĂ© rapidement un plan, pas vraiment Ă  l’Ă©chelle, qui devrait vous aider Ă  vous y retrouver.

AmĂ©nagement de l’entrĂ©e

DĂšs l’hiver 2019-2020, on s’est rendu compte qu’il fallait faire un minimum pour ne pas marcher dans la boue Ă  chaque fois qu’on rentre dans la maison. Pour amĂ©nager l’entrĂ©e, on a rĂ©cupĂ©rĂ© quelques dalles trouvĂ©es en creusant sur le devant de la maison (Ă  l’est, cĂŽtĂ© rue). Pour limiter l’Ă©talement de la vĂ©gĂ©tation, on a aussi rĂ©utilisĂ© les pavĂ©s qui traĂźnaient un peu tout autout. Et voilĂ  le rĂ©sultat :

La cour

La cour Ă©tait initialement envahie par les orties. On y rentre la voiture, et elles ont donc Ă©tĂ© maltraitĂ©es avant d’ĂȘtre fauchĂ©es. On n’en a pas fait de la soupe. Elles tentent de repousser, mais elles perdent visiblement du terrain. Il faudra certainement lutter plus sĂ©rieusement pour en venir Ă  bout. En attendant, cette partie est devenue un peu triste, on ne voit pratiquement que de la terre. J’ai bon espoir d’arriver Ă  y faire pousser de l’herbe le temps venu.

L’arriĂšre de la cour est devenu un entrepĂŽt pour les restes de terre, et les dĂ©chets vĂ©gĂ©taux restĂ©s suites Ă  la taille de la haie et des noisetiers. Sans compter les meubles de la cuisine qui attendent toujours d’aller Ă  la dĂ©chetterie 😀.

On avait commencĂ© Ă  tailler les noisetiers en fĂ©vrier, mais seulement les branches les plus simples, Ă  la main. On pourra continuer le travail : les branches sont beaucoup trop serrĂ©es, et trop hautes aussi. Sans compter les troncs morts qui restent au milieu…

À l’arriĂšre…

DerriĂšre la maison, cĂŽtĂ© nord, il y a un Ă©troit passage qui lui aussi a subi quelques modifications. Le simple fait de circuler nous a obligĂ©s Ă  retirer quelques arbustes qui voulaient grandir par lĂ . Un tas de tuiles prĂšs de l’Ă©vacuation des eaux a Ă©tĂ© « dĂ©poussiĂ©rĂ© » et dĂ©placĂ© sous l’escalier. En prĂ©vision de la petite extension, nous avons aussi commencer Ă  dĂ©caisser. C’est pour cela qu’il y a un tas de terre de l’autre cĂŽtĂ© 😃.

Évidemment, il ne s’agit pas seulement de dĂ©sherber. Le jardin doit aussi ĂȘtre tout simplement nettoyĂ© : comme ce vieux ballon orange qui traĂźne, on trouve toutes sortes d’objets qui traĂźnent un peu partout.

Défrichage cÎté rue

Évidemment une des prioritĂ©s est de dĂ©fricher la haie suffisamment pour garder le numĂ©ro de la maison et la boĂźte aux lettres visible : c’est mieux si le courrier arrive 😃. Il faut le faire rĂ©guliĂšrement tant que la vigne vierge n’est pas complĂštement anĂ©antie — en admettant qu’on en conserve une partie, il faudra toujours la tailler pour Ă©viter qu’elle n’envahisse tout Ă  nouveau.

Je travaille avec deux sacs : celui des dĂ©chets vĂ©gĂ©taux, et un sac poubelle pour tout le reste. On trouvera des bouts de plastique pendant des annĂ©es je crois 😒.

Par exemple il y a un pot de plastique que je n’ai pas encore dĂ©gagĂ©, il est pris dans de grosses racines de lierre.

Soyons clairs : le sac poubelle se remplit nettement moins vite que l’autre ! La vigne vierge est tellement partout, je n’ai pas comptĂ© mais on remplit pratiquement un sac de vĂ©gĂ©taux en une heure. J’ai aussi rĂ©ussi Ă  arracher des racines l’autre jour. Il faudra certainement une bĂȘche pour en venir Ă  bout.

Les plantes du jardin

En dĂ©frichant ces derniers temps je m’attaque essentiellement aux envahisseurs : vigne vierge, lierre, et quelques autres mauvaises herbes que je n’identifie pas. Il y a plusieurs plantes que j’essaie de prĂ©server dans l’opĂ©ration : des rosiers japonais, du chĂšvrefeuille, des hibiscus. J’ai laissĂ© vivre les chĂ©nopodes blancs parce que je trouve ça amusant et qui sait, quelqu’un voudra peut-ĂȘtre les manger ?

Je pourrais probablement faire tout un article dessus, mais il y a dĂ©jĂ  quelques plantes sympa, Ă  garder : des buddlĂ©ias, un seringat, des rosiers donc, des hibiscus… et d’autres dont j’ai encore oubliĂ© le nom.

Bref, l’occasion rĂȘvĂ©e de faire un herbier pour se souvenir de tout cela !

Le moment venu, on pourra rĂ©flĂ©chir Ă  ce qu’on y plantera. Mais pour l’instant, je prend simplement plaisir Ă  regarder et Ă  identifier les nombreuses espĂšces qui ont poussĂ© librement dans ce jardin. Je n’ai pas encore fini !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.