Bureau : le travail du 9 octobre 🔌

Encore une fois (une semaine sur deux), j’ai pu aider Philippe pour faire un peu avancer le travail dans le bureau. Philippe avait dĂ©jĂ  commencĂ© l’enduit de rebouchage au dĂ©but de la semaine. Il reste le gros des saignĂ©es Ă  reboucher, et Ă  faire passer le cĂąble rĂ©seau.

Passage du cùble réseau

Pour en finir le plus rapidement avec la poussiĂšre, on commence par faire le dernier trou nĂ©cessaire au passage du rĂ©seau : entre le salon et la cuisine. Ensuite on fait passer le rĂ©seau đŸ–„, qui est dĂ©jĂ  dans la gaine, ce qui est bien pratique. Philippe aurait voulu une gaine verte pour diffĂ©rencier, mais c’est du noir qui est arrivĂ©, donc on fait avec. Le rĂ©seau passe de toute façon par un chemin diffĂ©rent dans la gaine technique du logement (la GTL), dans la partie courants faibles.

Le passage dans le plafond de la cuisine est provisoire. À terme, tout sera cachĂ© dans un faux plafond. On a un avantage au rez-de-chaussĂ©e : le plafond est Ă  2,70m, contre 2,50m Ă  l’Ă©tage (ce qui est dĂ©jĂ  gĂ©nĂ©reux), du coup on a de la place.

Enduit et rafistolage

La deuxiĂšme partie du chantier, c’est de poser les cĂąbles restant et de reboucher les saignĂ©es. Je l’avais dĂ©jĂ  dit, ce travail est rendu pĂ©nible par le fait que les saignĂ©es sont peu profondes : les gaines ont tendance Ă  ressortir, et comme on travaille essentiellement dans du plĂątre, impossible de les faire tenir juste avec un petit clou.

Au niveau de la boĂźte de dĂ©rivation principale, derriĂšre la porte, c’est particuliĂšrement compliquĂ©. Au final, Philippe trouve une solution qui fonctionne plutĂŽt bien : utiliser des tasseaux de bois vissĂ©s de part et d’autre de la saignĂ©e pour maintenir le plastique en place, le temps que l’enduit durcisse. Vous le voyez sur les photos : il y a plusieurs morceaux de bois qui maintiennent les gaines Ă  des positions stratĂ©giques. Quand l’enduit est sec, on peut retirer le tasseau et boucher la zone qu’il recouvrait. Alors non, lĂ  ce n’est pas du travail de pro, d’ailleurs on n’est pas des pros 😄. J’espĂšre juste qu’on arrivera Ă  rĂ©cupĂ©rer le tout, que ça tiendra le coup, et que ça nous fera pas des fissures plus tard.

MĂȘme si ça demande un peu de travail, percer les tasseaux et les visser, cette technique nous dĂ©panne vraiment, et particuliĂšrement au plafond.

Je m’entraĂźne Ă  faire de l’enduit : c’est comme faire de la pĂąte en cuisine, le tout est d’avoir la bonne consistance quand on mĂ©lange l’enduit en poudre avec de l’eau. Je trouve mon premier essai un peu trop pĂąteux, le deuxiĂšme est agrĂ©able Ă  travailler mais un peu trop liquide, et surtout trop humide (donc long Ă  sĂ©cher). Le troisiĂšme est dĂ©jĂ  nettement meilleur, Philippe est content 😄.

La partie galĂšre, c’est les briques creuses qui se sont cassĂ©es. On commence par combler un maximum avec du journal. Puis on y va petit-Ă -petit : l’enduit s’accroche sur les bords. Quand il est sec, on rĂ©duit la taille du trou Ă  nouveau, et ainsi de suite, jusqu’Ă  ce que le trou soit bouchĂ©.

Autant dire que tout ça mange de l’enduit : ça me donne l’occasion de prendre le coup de main 😁.

Autres petits travaux

Pour pouvoir passer plus facilement le balai le long des murs, et parce qu’on va aussi vouloir y passer de l’enduit, il reste Ă  retirer les clous restĂ©s aprĂšs avoir arrachĂ© les plinthes. Il y a de bons clous bien longs pas Ă©vident Ă  retirer, parfois tellement rouillĂ©es qu’ils cassent dans le mur quand je tire avec la tenaille.

Pour finir, il reste surtout la jonction au niveau de l’interrupteur : lĂ  encore, de la brique qui s’est cassĂ©e, donc beaucoup de trous, et difficile de faire tenir le tout en place. Ça attendra la semaine prochaine.

⚠ Pour ceux qui s’inquiĂštent de nous voir percer ainsi dans des murs porteurs, effectivement ça peut sembler limite si on lit les normes, mais en pratique nous ne prenons pas de risque. Les murs font un peu moins de 30 cm d’Ă©paisseur, ce qui nous autorise Ă  2 cm de profondeur pour des saignĂ©es horizontales de plus de 1m. En pratique, vu l’Ă©paisseur de plĂątre, on est bien en deça des 2 cm. Au-dessus de la porte, on Ă©vite bien le linteau, bien sĂ»r. Et les saignĂ©es ne sont pas trĂšs trĂšs larges non plus : 6cm maxi, alors qu’on pourrait dĂ©passer les 10 cm. Bref, notre aĂźnĂ© qui lui est pro du bĂątiment a validĂ© ✅.

Ceci dit, vu la complexitĂ© de l’opĂ©ration, on rĂ©flĂ©chit Ă  faire plus simple pour les autres piĂšces, notamment en exploitant le plafond…

Et si vous avez des questions ou des commentaires, hĂ©sitez pas Ă  nous en faire part ci-dessous ⬇ ! On y rĂ©pondra avec plaisir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.